AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Retour au siteRetour au site  

Partagez | 
 

 Déjeuner du Prix d'Amérique Marionnaud 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
viking



Nombre de messages : 608
Localisation : 28
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Déjeuner du Prix d'Amérique Marionnaud 2008   Mar 19 Fév 2008, 11:08 pm

Discours de Dominique de Bellaigue au Prix d'Amérique Marionnaud 2008

Monsieur le Ministre de l'Agriculture et de la Pêche
Monsieur le Ministre du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique
Madame le Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports
La Société du Cheval Français est heureuse de vous accueillir sur l'hippodrome de Paris-Vincennes à l'occasion du 87ème Prix d'Amérique Marionnaud.

Les meilleurs chevaux européens se mesureront cet après-midi sur la cendrée de Vincennes devant 40 000 spectateurs, tous plus enthousiastes les uns que les autres.

L'événement sera diffusé dans 70 pays tandis que des paris seront pris de manière légale dans 30 pays sur cette course mythique, véritable événement mondial.

Je tiens à remercier tous les services de notre société, de ceux qui préparent cette remarquable piste, jusqu'à ceux qui mettent en scène le spectacle ; je tiens à remercier tous les professionnels qui ont tout spécialement entraîné leur champion pour cette grande journée ; je tiens à remercier tous les médias qu'ils soient de la presse écrite, parlée ou télévisée qui font écho aux quatre coins du monde à cette journée exceptionnelle ; enfin je tiens à remercier notre sponsor la Société Marionnaud pour sa fidélité ainsi que l'association de l'Institut du Cerveau et de la Moelle épinière présidée par le Professeur Saillant qui bénéficiera d'une aide particulière pour l'encourager dans le courageux combat engagé contre ces graves maladies.

En ce jour de fête, nous ne pouvons chasser de nos esprits, les menaces que la Commission du Marché Intérieur fait peser sur l'avenir de notre filière riche de plus de 67 000 emplois.

En dehors du financement que nous assurait la Loi du 2 juin 1891, il s'agissait aussi de garantir la protection des individus et la transparence des compétitions.

Comme chacun le sait les courses sont venues d'outre manche ainsi que les habitudes de jeux. Dès les années 1870, les Pouvoirs Publics se sont trouvés confrontés à des débordements inacceptables qui les ont contraints durant une courte période à interdire tout simplement le jeu sur les hippodromes. C'est alors qu'un certain Oller inventa le pari mutuel, pari où l'organisateur n'était plus partie prenante aux résultats des compétitions.

La Loi du 2 juin 1891 est une loi qui, par rapport au principe général d'interdiction des jeux, qui n'est pas réalisable sans que des jeux souterrains, non contrôlés, non contrôlable se développent, a introduit de manière dérogatoire des jeux strictement réglementés et contrôlés par l'Etat.

Pour ce qui est des paris sportifs, hippiques, seuls les jeux organisés par des sociétés de courses agréées par le Ministère de l'Agriculture et finançant l'amélioration de la race chevaline seraient autorisés sous la forme de pari mutuel.

Cette révolution dans les paris devait être généralisée dans le Monde entier. Actuellement plus de 80 % des paris hippiques sont des paris mutuels et financent le secteur de courses.

Cette Loi du 2 juin 1891 n'est aucunement contraire aux règles européennes. Toutes les organisations étrangères se trouvent soumises à la même loi que les organisations françaises. Il suffit de louer ou de construire un hippodrome, de soumettre au Ministère de l'Agriculture un programme de courses et de lui demander les autorisations de prises de paris sur ces courses.

Cela n'est pas une vue de l'esprit, puisque effectivement, nous, Société du Cheval Français, avons dans le passé sur l'hippodrome de Lingfield organisé des courses de Trotteurs Français financées par nous-mêmes

La réalité du problème n'est aucunement une entrave à la libre circulation d'un service, mais l'utilisation de données sans avoir à financer ni la filière équine, ni l'Etat.

Pour moi le problème posé est plutôt un problème d'éthique, un problème sociétal.

Le jeu n'est pas un service comme les autres. Ce n'est en aucun cas un service, mais, globalement, un prélèvement volontaire sur les ressources des individus. Le hasard n'appartient à personne. Comment l'Europe peut-elle exiger que des individus privés accaparent le profit tiré du chiffre d'affaires obtenu sur l'exploitation du " hasard " à leur seul bénéfice ?

Les ressources du jeu ne peuvent qu'échoir à la collectivité ? Les jeux d'argent ne peuvent être placés que sous le contrôle des Etats afin qu'ils soient maîtrisés. Ils ne peuvent être un élément de concurrence, ce qui effectivement entraînerait sans fin l'élargissement des marchés. Il y aurait là quelque chose d'insupportable. Il ne peut y avoir de concurrence dans l'exploitation du hasard. Y aurait-il un hasard plus chanceux et un autre moins chanceux ? Cela n'a aucun sens sinon d'exercer une pression supplémentaire sur les revenus des individus tentés par le hasard. On voit bien qu'il y a là un caractère social évident, un véritable problème de société.

Les paris sportifs ou hippiques se situent dans la même logique. Les résultats ne peuvent revenir qu'à la collectivité. Par contre ces paris ne sont pas de simples tirages au sort, mais le résultat de compétitions organisées.

De ce fait, il est logique que les jeux financent les organisateurs de la confrontation quelle soit hippique ou sportive, puisque ces rencontres sont le support du jeu.

Là, il y a bien un propriétaire, l'organisateur. Il s'agit bien du respect du droit de la propriété intellectuelle.

Enfin je voudrais entreprendre une croisade pour obtenir l'interdiction des paris à côte fixe qui, à une époque, où nous cherchons à protéger les individus, ne sont plus tolérables.

Nous le voyons, dans les marchés boursiers, les contrôles sont de plus en plus rigoureux. Il n'est plus accepté que des industriels vendent leurs actions au cours le plus haut alors qu'ils savent bien que momentanément pour telle ou telle raison l'action risque de baisser, même si dans un temps plus lointain elle peut à nouveau s'apprécier. Il s'agit du délit d'initiés.

Un supposé connaissant face à un supposé non connaissant.

Qu'est ce qu'un pari à côte fixe sinon : un " super initié " connaissant parfaitement les chevaux, les jockeys, les courses, le jeu qui, à une côte fixée par lui-même, recherche une contre partie, bien sûr auprès d'individus non initiés, puisque les bookmakers ne jouent pas seulement entre eux ?

Cela me semble constituer un délit d'initiés. Ces pratiques devraient être interdites dans nos sociétés dites avancées.

Lorsque l'organisateur propose une cote par exemple de 15 contre 1 et recherche une contre partie, il fait un profit rapide alors qu'il propose " le coup " comme une bonne affaire pour celui qui sera sa contre partie.

En réalité l'avenir des paris hippiques repose sur les paris mutuels des différents pays qui formeront une grande masse commune européenne lors de toutes les courses se disputant en Europe, comme cela est préfiguré aujourd'hui avec ce 87ème Prix d'Amérique Marionnaud, pour le bien de toutes les fédérations hippiques européennes.

Dominique de BELLAIGUE
Président de la Société du Cheval Français


Pour votre info Dominique de BELLAIGUE est maire d'une petite commune d'EURE-ET-LOIR (28), en mars 2008 il ne se représente pas

Wink


Dernière édition par viking le Mar 19 Fév 2008, 11:09 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Déjeuner du Prix d'Amérique Marionnaud 2008
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» America's Cup, Prix d'Amérique des goélands
» GRAND PRIX DE PARIS 2009
» remise des prix du comité Languedoc-Roussillon 2008
» prix 350 banshee
» Recherche cabriolets pour le Grand Prix d'Amérique le 26/01

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de PRONO-PROTURF :: L'accueil :: Nouvelles hippiques-
Sauter vers: